Comment devient-on un bon thérapeute ou un bon coach ?

//Comment devient-on un bon thérapeute ou un bon coach ?

Comment devient-on un bon thérapeute ou un bon coach ?

C’est une question que l’on me pose souvent. Pour y répondre aujourd’hui je me suis inspirée d’un texte de C.G Jung d’autant plus d’actualité de nos jours, où certains pensent qu’il suffit d’avoir suivi quelques stages ou lu quelques livres pour s’installer comme thérapeute ou comme coach et ne prennent pas la peine d’effectuer un travail personnel d’abord, ne serait-ce que pour comprendre ce qui les motive à aller dans cette voimages-1ie.

En tant que thérapeute et professionnel de l’accompagnement nous sommes notre outil principal et il est de notre devoir d’avoir fait un travail sur nous, d’avoir visité nos zones d’ombre afin d’éviter de les projeter sur nos clients.

Il est également de notre responsabilité de continuer à nous former afin de faire évoluer notre pratique et de nous perfectionner, encore et toujours, afin d’offrir le meilleur de nous-même et de partager les avancées qui ont lieu dans nos domaines d’expertises.

Ce sont là pour moi, des conditions incontournables pour être une bonne thérapeute ou une bonne coach. En respectant ces conditions nous respectons nos clients et donnons de la crédibilité et de la valeur à nos métiers.

Pour ma part, cela fait 20 ans que je fais ce que l’on appelle “un travail sur soi”, 15 ans que je me forme et 12 ans que j’accompagne.

J’ai eu une vie riche en évènements, pas du tout un long fleuve tranquille, je me dis parfois que j’ai déjà vécu 3 ou 4 vies en une seule, et c’est aussi ce qui m’a fait me diriger vers ce métier.

Tout ce que j’enseigne dans mes stages, formations ou que je propose lors des séances individuelles, je l’ai testé sur moi d’abord. Et c’est parce que ça a fonctionné sur moi que je l’utilise avec mes clients.

C’est en expérimentant par soi-même que l’on peut se rendre compte de l’efficacité d’une méthode ou d’un outil et de prévoir dans quel type de situation on pourra l’utiliser et avec quel type de personnes.

La recherche de bien-être, l’épanouissement sont des processus individuels très particuliers qui se vivent à travers le corps, en coopération avec le psychisme, il revient à chacun de trouver sa propre voie et son propre rythme pour les atteindre. Il n’y a pas de règle absolue ni de remède miracle, et nul ne peut vous promettre des choses qu’il ne saurait tenir.

En tant qu’accompagnant nous sommes des guides, nous nous tenons simplement à un ou deux pas en avant. C’est parce que nous connaissons le chemin et que nous avons déjà effectué ce travail que nous pouvons accompagner et ouvrir la voie. Nous sommes là pour éclairer, parfois rassurer ou donner confiance, mais surtout permettre à chacun de se réaliser pleinement.

Alors soyez vigilant et faites-vous confiance, ne donnez pas non plus trop de pouvoir à ceux qui sont là pour vous aider et surtout gardez votre discernement.

Il n’est pas question de se substituer à vous, ni de vous rendre dépendant, encore moins de vous faire croire n’importe quoi, au contraire il est question de vous aider à devenir autonome, à sortir des sentiers battus et à créer votre propre vie en toute conscience.

Un bon accompagnant est une personne intègre qui n’oublie jamais qu’elle est à votre service et au service de l’humanité.

Catherine Oberlé

Gestalt-thérapeute et coach

www.catherine-oberle.com

Voici le texte de C.G Jung qui m’a inspiré :

« Dans les livres, vous pouvez apprendre beaucoup de choses sur la psychologie mais vous découvrirez vite que cette psychologie ne sert pas à grand-chose dans la vie pratique. Toute personne chargée de s’occuper des problèmes de l’âme devrait posséder une certaine sagesse de la vie, reposant non seulement sur les mots mais surtout sur l’expérience. La psychologie telle que je la comprends n’est pas seulement un quantum de savoir, c’est aussi une connaissance de la vie. 
…
Toute personne se sentant une vocation pour guider les âmes devrait d’abord se laisser guider par sa propre âme afin d’apprendre ce que signifie la rencontre avec l’âme humaine. 
Connaître la face obscure de sa propre âme est la meilleure préparation qui soit pour savoir comment se comporter face aux parties obscures des autres âmes.
La simple étude des livres ne vous servirait pas à grand-chose, bien que ce soit aussi indispensable. Ce qui vous aidera le plus, c’est de pénétrer personnellement dans le secret des âmes humaines. Sans cela, tout ne sera toujours qu’artifice intellectuel ingénieux, paroles creuses et discours creux.
 Peut-être essayez-vous de comprendre ce que je veux dire dans mes livres; si vous avez un bon ami, essayez donc de regarder ce qui se trouve derrière sa façade afin de vous découvrir vous-même. Ce serait un bon début. »

C.G. Jung – Correspondance

Autres articles à lire

2018-08-12T12:02:36+00:00
Ce site utilise des cookies pour une meilleure expérience de navigation. Ok