Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression de ne pas arriver à mettre en place ce pourquoi vous avez travaillé pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois ?

D’avoir la sensation que le monde entier conspire à vous empêcher d’avancer ?

A qui la faute ? Aux autres, à l’environnement, aux planètes, à la conjoncture…ou à nous-même.

En fait, notre cerveau n’aime pas le changement. Qui dit changement dit nouveauté, qui dit nouveauté dit inconnu, qui dit inconnu dit danger.

Ce qui fait que, parfois, nous pourrions être notre propre ennemi.

Comment dépasser la peur du changement ?

En développant une bonne conscience de vous-même, de vos besoins, de vos désirs, de ce qui vous rend vivant-e.

Ainsi vous pourrez mettre en place des actions qui vont vous permettre d’accueillir le changement sans que cela génère du stress inutile.

C’est à dire, sans que votre cerveau ne tire la sonnette d’alarme.

Pour que cela fonctionne je préconise des changements en douceur qui ne vont pas déclencher de résistances trop fortes.

Un exemple concert avec ma cliente Béatrice :

Lors d’un accompagnement en coaching, il n’est pas rare d’être face à des blocages qui peuvent se manifester de diverses manières, parfois même à travers le corps.

Alors que les dernières séances nous amenaient à contacter quelque chose de l’ordre de la puissance et de la réalisation de soi, l’amenant naturellement au développement de son activité professionnelle ; la séance suivante je retrouve ma cliente scotchée dans ses peurs avec le dos bloqué ( !)

Elle prend conscience d’une forme de rigidité psychique qui la renvoie à la difficulté qu’elle a d’accueillir la vie et ses imprévus.

Cela devient douloureux !

Nous démarrons la séance avec comme thème de base l’insécurité et la place de l’argent pour petit à petit arriver à la rigidité à laquelle elle est parfois confrontée lorsqu’elle n’a pas le contrôle de la situation, et le stress que cela génère chez elle.

A lire aussi : Comment développer la confiance en soi pour trouver sa place

Changer d’angle :

Quand ça ne marche pas comme on le voudrait cela ne sert à rien de se rigidifier et de vouloir forcer, c’est contre-productif. Il est plus intéressant de faire un pas de côté, de changer d’angle pour attraper la vie par un autre biais.

On aimerait pouvoir tout prévoir, contrôler, alors que la vie nous invite à mettre de la souplesse à nous ajuster constamment dans un mouvement fluide et créateur.

Très souvent nos mécanismes nous empêchent de prendre le recul nécessaire et nous restons bloquées dans une posture du passé qui ne nous convient plus, ou avec un héritage familiale trop pesant qui nous empêche de réussir.

 Résultat : notre énergie de vie se fige.

Les choses deviennent difficiles, nos croyances nous rattrapent et c’est la spirale infernale qui nous tire vers le bas.

Dans le schéma classique Beatrice se raconte l’histoire en se positionnant en victime de la vie et en même temps elle arrive à trouver des « bonnes » raisons pour que ce soit comme ça : peut-être que ce n’était pas le bon moment, peut-être ne suis-je pas prête à relever le challenge que je m’étais posé, peut-être que je n’ai pas vraiment envie de changer…..tous les mots que notre saboteur intérieur aime nous raconter.

 

Raconter l’histoire autrement

Je l’invite à se raconter l’histoire différemment, en mettant en avant tous les points positifs de la situation; elle en arrive à me dire : “je suis contente je vais pouvoir aller prendre un café avec ma fille et profiter du soleil. Je vais prendre du temps pour moi.”

“Et je me remettrai au travail plus tard ! ”

Peut-être que son besoin premier était de prendre ce temps pour elle sans se mettre de pression exagérée.

Etre à son compte est une remise en question perpétuelle. C’est à la fois une grande liberté et une source d’insécurité qu’il faut apprendre à gérer afin de ne pas tomber dans une forme de stress qui aurait un effet délétère sur nous et nos relations aux autres.

A l’heure où de plus en plus de femmes sautent le pas et se lancent dans l’entreprenariat il est important d’apprendre à bien se connaître afin de trouver une alliance entre la vie personnelle et la vie professionnelle qui permettra d’accueillir les changements, les imprévus avec fluidité tout en préservant un espace d’intimité.

Et vous ? Comment faites-vous pour dépasser votre peur du changement et être créatrice de votre vie ?

Et si vous sentez qu’il est temps de passer à l’action, de créer du changement dans votre vie, rejoignez-nous pour le prochain séminaire “Déclic”  qui aura lieu le 18 et 19 mai 2019 à Paris –

en savoir plus : Déclic : un séminaire de transformation

A bientôt,

 

Catherine Oberlé

Psy – Coach – Auteure – Conférencière

Fondatrice de l’Académie du Féminin

Auteure de “Domptez vos peurs et libérez votre féminin”

Révélatrice de talents et développeuse de carrière et de business pour les femmes audacieuses, authentiques et spirituelles.

www.catherine-oberle.com

Autres articles à lire